HomeEnglishPrestationsBoutiqueConcours PhotoArticlesGalerie Liens LégalDans la presse

infos@cmp-color.fr


 



à gauche: Sony Alpha 7R et optique Leica Summicron 50mm
à droite: Sony Alpha 7R, grip vertical et optique Zeiss FE 55mm

AUTRES ARTICLES CONCERNANT L'ALPHA 7R

Comparaison entre les optiques
Zeiss FE 55mm f/1.8 et Leica Summicron M 50mm f/2

Utilisation d'optiques Leica M sur le 7R

Sony Alpha 7R

La sortie du Sony Alpha 7R a fait l'effet d'un pavé dans la marre: un boîtier compact, intégrant un capteur full frame de 36 millions de pixels sans filtre passe bas est sur le papier le boîtier attendu par beaucoup de photographes. Le tarif étant raisonnable pour un boîtier de ce calibre, le seul point faible actuellement reste la gamme optique assez limitée pour le moment ( article écrit en mars 2014 ). Quand j'ai recu le boîtier ( début décembre 2013 ), le 55mm Zeiss n'était pas encore disponible, J'ai contourné le problème en montant une bague d'adaptation Nex - Leica M pour monter sur l'Alpha 7R un objectif Leica Summicron M 50mm f/2, j'ai ensuite recu le 55mm Zeiss spécialement conçu pour l'Alpha 7R, ce test a donc été réalisé avec les deux optiques.

navigateurs internet et affichage correct des images

Ce site comporte des images dans différents espaces couleurs ( sRGB, adobe RGB 98, prophoto )
je vous conseille vivement l'utilisation du navigateur Mozilla Firefox qui gère correctement la couleur
( espace couleur des images + prise en compte du profil ICC de votre écran )
Si Internet Explorer tient compte de l'espace couleur des images, il ne tient pas compte du profil ICC de l'écran, ce qui pose des problèmes d'affichage avec les écrans wide gamut par exemple.

Le boîtier est extrêmement compact si on le compare aux réflex full frame et la qualité de fabrication est très bonne: 465grs, 127x94x48mm, boîtier entièrement en alliage de magnésium, boutons et mollettes métalliques, écran de 7,6 cm et 921600 pixels orientable verticalement , viseur électronique de 2,36 millions de pixels RVB. Toutes les fonctions habituelles que l'on trouve sur les reflex sont présentes et d'un point de vue fonctionnel seul le viseur électronique différencie l'alpha 7R d'un reflex. Mon dernier boîtier étant le moyen format Pentax 645D, la comparaison du rapport qualité d'image / tarif / encombrement risque d'être en faveur du Sony car malgré la différence de format du capteur, la qualité d'image du Sony Alpha 7R n'est pas si éloignée du Pentax 645D quand on utilise des optiques très haut de gamme. Nous verrons plus bas dans cet article une comparaison du rendu entre le Pentax 645D et l'Alpha 7R.


Sony Alpha 7R et optique Leica Elmar 135mm f/4
fichier raw développé dans Camera Raw avec des profils DNG CMP sur mesure (
voir ici )
passez votre souris sur l'image pour voir le rendu standard de Camera Raw ( profil DNG standard )
cliquez sur l'image pour télécharger la version en résolution native


Prise en main et ergonomie

Le boîtier est compact, mais pas suffisamment pour que les photographes dotés de grandes mains ne soient handicapés par la petite taille de l'objet. Je me suis équipé de la poignée verticale supplémentaire qui permet en outre d'utiliser 2 batteries et d'avoir une prise en main parfaite aussi bien en cadrage horizontal que vertical. Pourquoi avoir besoin de 2 batteries me direz-vous ? Parce que l'Alpha 7R est très gourmand dans sa configuration d'origine: contrairement à un reflex où le capteur n'est allimenté que lors du déclenchement, ici le capteur est alimenté en permanence ainsi que le viseur électronique ou l'écran selon que l'on porte l'oeil au viseur ou pas. De plus, le wifi intégré est activé par défaut et semble consommer l'énergie de manière non négligeable. La seule façon de le couper pour rallonger de façon significative la durée de vie d'une batterie est de se mettre en mode " avion " dans le menu de l'appareil, toutes les connections externes sont alors coupées ( wifi et nfc ).

Au chapitre des mesquineries, Sony ne livre pas de chargeur de batterie avec l'Alpha 7R mais seulement une petite alimentation secteur pour le boîtier qui permet de recharger la batterie uniquement lorsqu'elle est dans le boîtier. Dans ces conditions, la charge prend un temps fou et le boîtier est immobilisé ... Sony propose un chargeur externe ( référence: BC-QM1 ) très pratique, qui charge rapidement les batteries de L'alpha 7R, mais qui vaut quand même la modique somme de 75 € ttc.

A propos du wifi, Sony fabrique des appareils photos, des smartphones, tous communiquent en wifi et on pourrait s'attendre à une liaison complète entre l'Alpha 7R et les smartphones récents. Une application tournant sous android existe bien, permet d'avoir un retour de la visée en temps réel sur l'écran du smartphone et de déclencher, mais aucune possibilité d'agir sur le réglage du boîtier n'est prévue, même pas pour contrôler l'exposition. C'est donc un simple retour écran sans aucune action possible à part le déclenchement. Espérons qu'une version future permettra d'avoir un accès total aux différents réglages du boîtier depuis un smartphone, en plus du retour de la visée. Il y a bien un programme nommé " Remote Camera Control " tournant sous windows, qui permet l'accès à tous les réglages du boîtier depuis un PC ( connecté en USB ), mais dans ce cas il n'y a pas de retour de la visée sur l'écran du PC, de plus Remote Camera Control n'a jamais reconnu mon boîtier et par conséquent n'a pas fonctionné.

Le mode d'emploi papier et en ligne est assez mal documenté et on s'attendrait à trouver un mode d'emploi correct qui décrit les différentes fonctions de manière compréhensible et explicite quand on fait l'acquisition d'un boîtier de ce type! Certaines fonctions assez obscures sont ainsi purement et simplement oubliées, d'autres renvoient à des chapitres qui eux-mêmes renvoient à d'autres chapitres qui n'ont finalement plus rien à voir avec le sujet initial ... Il m'a fallu aller sur le site Sony, puis dans l'assistance pour trouver un fichier pdf qui rassemble les informations précises sur toutes les fonctions du boîtier, il aurait été quand même très utile que ces informations soient livrées avec le boîtier! ( téléchargez ici ce pdf )


Sony Alpha 7R équipé du grip vertical Sony. Ce grip augmente de façon significative l'encombrement du boîtier
mais la prise en main est améliorée en cadrage vertical et horizontal

 

Comme souvent avec les boîtiers Sony, les menus sont particulièrement complets et permettent de revoir l'affectation des touches, de personnaliser les commandes. 3 touches de fonction programmables ( C1, C2 et C3 ) sont présentes et peuvent être affectées à volonté, la touche C1 située à côté du déclencheur est assignée par défaut à la loupe de mise au point. Une première pression sur cette touche permet de choisir la zone à agrandir, une seconde pression permet d'accéder à un premier niveau d'agrandissement, une troisième pression permet un zoom maximum sur la zone sélectionnée. Il aurait été utile que Sony propose dans le menu de passer directement au niveau de zoom maximal et ainsi éviter d'avoir à effectuer 3 pressions à chaque fois que l'on utilise cette fonction ( je l'utilise à chaque prise de vue, cela peut donc être assez rapidement embêtant ! ).

Autre fonction intéressante: en mode d'exposition manuel et sensibilité ISO réglée en auto, la sensibilité s'adapte pour que l'exposition soit correcte, cerise sur le gateau: le correcteur d'exposition est pris en compte lors de cette opération. Très pratique !

Les commandes tombent bien sous les doigts et une fois les nouvelles habitudes prises l'ergonomie du boîtier ne pose pas de problème. Deux grosses molettes métalliques commandent vitesse et diaphragme ( à l'index et au pouce ), la molette principale ( bouton central + roue codeuse ) commande la sensibilité. Le crantage du correcteur d'exposition est suffisamment dur pour ne pas se dérègler facilement et les boutons sont correctement dimensionnés.

 

La touche de fonction principale permet l'accès à l'écran aux paramètres principaux disposés sous forme d'un tableau. La molette principale se compose d'un bouton central ( qui valide les choix ) et d'une roue codeuse. Cette dernière est équipée de 4 contacts ( situés à 12h, 3h, 6h et 9h ) qui facilitent l'accès à certaines fonctions usuelles ( mode de déclenchement, mode écran, balance des blancs ... ), ces 4 boutons virtuels sont assignables à volonté dans les menus.

Les mode d'entrainement sont nombreux: vue par vue, continu, continu priorité vitesse, retardateur 2 secondes, 10 secondes, retardateur 10 secondes / prise de vue 3 ou 5 images, bracketing sur 3 ou 5 images ( exposition ou balance des blancs ). Cependant la fonction retardateur 2 secondes dont je me sers en principe sur trépied pour éviter les vibrations du déclenchement est mal fichue: du fait de la visée électronique, l'obturateur reste ouvert en permanence et se ferme lors du déclenchement afin d'effectuer le cycle normal d'ouverture/fermeture. Lors de l'utilisation du retardateur 2 secondes, l'obturateur ne se ferme pas juste après la pression sur le déclencheur mais juste avant la prise de vue, cette fermeture étant assez sèche, elle peut engendrer des vibrations. Il aurait fallu une fermeture de l'obturateur après la pression sur le déclencheur pour éviter tout risque de vibration lors de l'utilisation de cette fonction qui remplace l'utilisation d'un déclencheur souple.


 Sony Alpha 7R et optique Leica Summicron 50mm f/2
fichier raw développé dans Dxo Optics Pro avec des profils ICC CMP sur mesure (
voir ici )
cliquez sur l'image pour télécharger la version en résolution native

Le viseur électronique est plutôt agréable a utiliser, même si je n'étais pas fan sur le papier. Le niveau de détail visible ne vaut pas une visée optique reflex mais les avantages d'un tel système sont nombreux: visualisation de l'image finale réelle ( exposition, balance des couleurs, profondeur de champ au diaphragme réel ), quadrillage au choix, histogramme et niveau à bulle en incrustation et chose très importante: le zoom pour la mise au point avec 2 niveaux de grossissement qui s'active automatiquemnt dès que l'on touche la bague de mise au point ( avec les optiques Sony AF ). Vu la taille des photosites du capteur un mise au point aux petits oignons est nécessaire, pouvoir effectuer une mise au point précise directement dans le viseur est un réel atout ! La dalle de type OLED d'une résolution de 768x1024 pixels ( 2.36 millions de pixels RVB ) propose un bon niveau de contraste et une saturation des couleurs très appréciable.

Après plusieurs semaines d'utilisation j'apprécie de plus en plus l'avantage de la visée électronique et j'avoue que j'aurais dorénavant du mal à m'en passer. Lors de prises de vues le soir à la tombée de la nuit, j'ai eu souvent beaucoup de mal à faire une mise au point précise avec le Pentax 645D ( pas de live view et utilisation d'optiques manuelles ) car le viseur est logiquement très sombre dans ces conditions, avec l'Alpha 7R, le viseur est clair comme en plein jour, avec la loupe activée dans le viseur la mise au point s'effectue très précisément sans aucun problème, quelles que soient les conditions.


différents mode du viseur de l'Alpha 7R
à gauche: loupe pour la mise au point
au centre: accentuation des contours ( ici en jaune ) pour une mise au point rapide
à droite: mode normal avec histogramme

A propos du mode " accentuation des contours ", comme son nom l'indique, cette fonction permet de colorier le contour des zones nettes et ainsi permettre un mise au point rapide au jugé. Si en diaphragmant suffisamment pour avoir un minimum de profondeur de champ cette fonction est une aide réelle, lors de prise de vue en faible profondeur de champ la précision de cette aide est insuffisante, la loupe sera alors beaucoup plus précise et permettra d'être bien certain de la netteté du sujet à fort grossissement.


L'autofocus à détection de contraste

L'autofocus est dans le cas du 7R à détection de contraste: le signal est analysé directement sur le capteur image et le point est trouvé lorsque le contraste est maximal entre 2 pixels contigus. Cette méthode est un peu moins rapide que les systèmes à détection de phase utilisés sur les reflex, mais la détection de contaste est théoriquement beaucoup plus fiable et précise que la détection de phase puisque c'est le capteur image qui sert à calculer la mise au point, il n'y a aucune erreur de réglage possible ... théoriquement ! Si nous regardons les images ci-dessous, nous pouvons voir une série de prise de vue d'une mire CMP Focus Checker ( voir ici ). Cette mire très précise a été conçue pour tester la précision des systèmes autofocus et leur réglage fin. Cette mire utilise les aberrations chromatiques longitudinales générées lors d'une erreur de mise au point. Si un pourtour coloré apparaît c'est que la mise au point n'est pas parfaite. Ces images sont des extraits à 100% de la partie centrale de la mire, la vue de gauche a été faite en mise au point manuelle, c'est la référence. Les autres vues ont été faites en autofocus, avec un déréglage de la mise au point entre chaque vue. Les prises de vues ont été effectuées à f/2, sur trépied, à une distance de 2,70 mètres de la mire CMP Focus Checker. Le test a été fait à différentes distances de mise au point et les résultats ont été comparables.


la mire CMP Focus Checker utilisée pour ce test

Nous pouvons voir clairement que la vue de gauche réalisée en mise au point manuelle est exempte de toute aberration colorée, preuve que le point est parfaitement exécuté. Les autres vues réalisées en autofocus AF-Single présentent presque toutes des aberrations colorées plus ou moins prononcées, preuve que la mise au point est perfectible. Peut être Sony n'a pas voulu trop pénaliser la vitesse de la mise au point en autofocus sur son boîtier en limitant les itérations de son système AF ? Toujours est-il qu'il est quand même dommage qu'une mise au point à détection de phase de donne pas des résultats parfaits et constants sur un boîtier de ce type ! Sur 5 vues réalisées exactement dans les mêmes conditions et à quelques secondes d'intervalle, seulement 1 vue est aussi nette que celle réalisée en mise au point manuelle, une vue est carrément floue, les 3 autres montrant un léger décalage en arrière du plan de la mire ( les aberrations chromatiques longitudinales sont de couleur rouge, ce qui caractérise un back-focus ).


Le rendu des images

Le capteur de l'Alpha 7R et ses 36 millions de photosites mesurant 4,9 µm est très exigeant avec les optiques. Si on veut en tirer le maximum il est impératif d'utiliser des optiques très haut de gamme. Les focales de 50mm et plus sont en général plus faciles à concevoir et à fabriquer, il sera donc assez simple de trouver de très bonnes optiques dans cette gamme de focales.

Le rendu des images est très bon, pas très loin en fait du moyen format Pentax 645D ( capteur 33x44mm, 40 millions de pixels ), ci dessous nous pouvons voir la même scène photographiée avec les 2 boîtiers à quelques mois d'intervalle. Le Pentax 645D est équipé d'un 90mm Schneider APO DIGITAR ( équivalent 70mm en 24x36 ), optique très haut de gamme et optimisée pour les moyen-formats numériques. L'Alpha 7R est équipé d'un objectif Zeiss FE 55mm f/1.8. Le Pentax ayant une focale plus longue et 4 millions de pixels de plus que l'Alpha 7R, la taille des objets photographiés est plus importante sur l'extrait du Pentax moyen format.

cliquez sur l'image pour télécharger l'image de l'Alpha 7R en pleine résolution

comparaison des résolutions relatives entre le Pentax 645D et L'alpha 7R
Pentax 645D: 7264 x 5440 pixels, rapport 4/3, en arrière plan
Alpha 7R: 7360 x 4912 pixels, rapport 2/3, en premier plan

 

Comme nous pouvons le voir sur ces extraits à 100%, la différence du rendu des détails entre les 2 boîtiers est assez mince, même si le moyen format conserve un léger avantage. Presque 3 ans ont passés depuis la sortie du Pentax 645D et il faut bien admettre qu'il est possible d'approcher le rendu de ce moyen format avec le capteur 24x36 de l'Alpha 7R ( sans filtre passe bas ) équipé d'une très bonne optique!

cliquez sur l'image pour télécharger la version en pleine résolution

Sony Alpha 7R et Leica Summicron-M 50mm f/2
iso 100, f/8, trépied


extrait à 100%, détail image précédente


l'Alpha 7R: la dynamique et le bruit en haute sensibilité

La dynamique du capteur équipant l'Alpha 7R est bonne, surtout pour un capteur ayant des photosites de 4,9 microns. Les mesures effectuées à l'aide du logiciel RawDigger donnent un calage de la cellule à au moins 3,26 diaphragmes en dessous de la saturation du capteur ( -4 diaphs pour le canal rouge, 3,26 diaphs pour le vert et 3,74 diaphs pour le bleu ) et une dynamique totale moyenne proche de 11 diaphragmes à 100 ISO. Connaître le calage de la cellule permet d'exposer plus justement les hautes lumières et déterminer à partir de quel niveau de surexposition le capteur est saturé. Vous pouvez faire les mesures sur votre matériel assez facilement, un article explique ici la précédure pour réaliser cette opération.

analyse des données raw brutes, Alpha 7R, 100ISO, niveau de bruit, calage cellule et saturation du capteur

Nous pouvons voir ci-dessous les courbes de bruit du capteur de l'Alpha 7R en fonction de la sensibilité et en fonction du temps de pose. Sans surprise, l'augmentation de la sensibilité augmente le niveau de bruit. Pour des temps de pose compris entre 1 seconde et 1/8000ème de seconde, le niveau de bruit est indentique, par contre un temps de pose de 15 secondes augmente de façon significative le niveau de bruit du capteur ( par rapport aux temps de pose courts ) pour les sensibilités supérieures à ISO 1600. L'accident sur l'extrémité droite de la courbe est curieux: à ISO 25600 le bruit est plus faible qu'à ISO 20000.


 Courbes de niveau de bruit en fonction de la sensibilité de l'Alpha 7R
L'axe vertical représente l'écart type du bruit mesuré, l'axe horizontal représente la sensibilité du 7R
les courbes de bruit pour les temps de pose de 1 seconde et 1/8000ème de seconde sont confondues,
les temps de pose longs ( 15 secondes ) sont illustrés par les courbes supérieures.

Le graphique ci-dessous met l'accent sur les basses sensibilités de l'Alpha 7R: un zoom sur le graphique précédent pour les sensibilités allant de ISO 50 à ISO 200. Le niveau de bruit est très bas, mais on note quand même que les sensibilités 50, 64 et 80 ISO sont plus bruitées que la sensibilité native du capteur qui est de 100 ISO. Il n'y a donc pas vraiment d'intéret à utiliser ces sensibilités de 50, 64 et 80 ISO.


Zoom sur les basses sensibilités
L'axe vertical représente l'écart type du bruit mesuré, l'axe horizontal représente la sensibilité du 7R
les courbes de bruit pour les temps de pose de 1 seconde et 1/8000ème de seconde sont confondues,
les temps de pose longs ( 15 secondes ) sont illustrés par les courbes supérieures.

Le bruit peut être de 2 types: le bruit de luminance et le bruit de chrominance. Le bruit de luminance se traduit par du grain qui ressemble au grain d'un film argentique alors que le bruit de chrominance affecte la couleur et est visible sous la forme d'amas et de points colorés pas très naturels. Dans une image couleur, la luminance contient les détails fins de l'image et il est extrêmement difficile de supprimer le bruit de luminance sans affecter les détails. La chrominance ne contient pas les détails mais uniquement les informations de couleur de l'image, il est donc beaucoup plus facile de corriger le bruit de chrominance sans affecter les détails.

L'image ci-dessus a été faite à 3200 ISO avec l'Alpha 7R. Sans aucun traitement, le moutonnement du bruit est assez visible et des points colorés apparaissent dans les zones les plus sombres ( bruit de chrominance ). Nous voyons en bas à gauche la couche de luminance formant l'image, en bas à droite la couche de chrominance. En passant votre souris sur l'image vous visualisez l'effet d'une réduction légère du bruit de chrominance dans Camera raw, le moutonnement disparaît tout en conservant du détail dans les textures. Si un léger "grain" persiste ( bruit de luminance ), sur des tirages en 40x60 cm il n'est pas dérangeant. Quand le bruit est faible comme ici à 3200 ISO, ne pas toucher au bruit de luminance et traiter légèrement le bruit de chrominance est donc une très bonne solution pour nettoyer une image tout en conservant les détails fins qui la composent. La méthode est donc la suivante pour procéder manuellement: commencez par réduire le bruit de chrominance afin d'éliminer les moutonnements colorés, ne touchez ensuite au bruit que luminance que si vous le jugez nécessaire !


Adobe Camera Raw et Lightroom: les options de réduction de
bruit pour la luminance et la chrominance ( couleur ) sont dans l'onglet " détail "

Le regroupement d'images ci-dessous montre des extraits à 100% d'une prise de vue réalisée à différentes sensibilités avec l'Alpha 7R, ce test a été effectué en plein jour avec un filtre gris neutre devant l'objectif ( filtre BW - ND 106 ). J'ai volontairement oublié les valeurs 200 et 400 ISO qui ne sont pas bruitées et la valeur 100 ISO est présente ici comme référence. Les fichiers raw ont été développés dans Camera Raw, avec une réduction du bruit la plus légère possible, afin d'éliminer en premier lieu le bruit chromatique et ensuite le bruit de luminance quand ce dernier est trop présent ( pour les valeurs 6400, 12800 et 25600 ISO ). En passant votre souris sur l'image vous pouvez voir les fichiers bruts sans aucune réduction de bruit.

Nous voyons clairement sur les extraits ci-dessus qu'une fois réduit, le bruit reste très faible jusqu'à 3200 ISO et affecte assez peu les détails fins de l'image. A 6400 ISO le bruit est présent mais tout à fait gérable, ce n'est qu'au dessus de 6400 ISO qu'il commence a dégrader fortement l'image. Quoi qu'il en soit, qui aurait pu croire il y a quelques années que nous aurions un capteur full frame de 36 millions de pixels capable de sortir des images tout à fait exploitables à 6400 ISO ? Le capteur de l'Alpha 7R est très bon et la très haute résolution des images obtenues ne sacrifie en rien les performances en haute sensibilité.

Conclusion

En nous proposant l'Alpha 7R, Sony change clairement la donne: il est maintenant possible d'avoir un boîtier compact, à un tarif encore raisonnable, capable d'une très haute qualité d'image tout en ayant des capacités en haute sensibilité. Les futures optiques qui sortiront pour l'Alpha 7R devront être aussi bonnes que le Zeiss FE 55mm f/1.8 pour alimenter correctement le capteur de ce boîtier et ainsi obtenir des résultats à la hauteur des possibilités de cet appareil photographique. Après plusieurs semaines passées a utiliser l'Alpha 7R, je peux dire que ce n'est pas un jouet numérique de plus sur le marché, c'est un véritable appareil photographique pensé pour faire des images, de belles images si le photographe prend la peine de s'adapter aux exigences d'un tel capteur: trépied ( au minimum monopode ) et diaphragme optimal sont de rigueur pour que les images soient à la hauteur !

 

AUTRES ARTICLES CONCERNANT L'ALPHA 7R

Comparaison entre les optiques
Zeiss FE 55mm f/1.8 et Leica Summicron M 50mm f/2

Utilisation d'optiques Leica M sur le 7R

 


article écrit en Mars 2014


Copyright (c) 2015 christophe metairie photographie - Tous droits reserves